Concentration normale de dioxyde de carbone détectée par un capteur de CO2 dans une école

Les 5 meilleurs capteurs | détecteurs de CO2 en 2022

Le dioxyde de carbone est un gaz produit naturellement lorsque nous respirons. Proportionnel au nombre de personnes vivant dans un logement ou une pièce, le CO2 ne présente pas de risques pour la santé, sauf en cas de concentration élevée. Un niveau élevé de dioxyde de carbone est souvent lié à une mauvaise circulation de l’air. Connaître son niveau aide ainsi à savoir quand ventiler une pièce.

En outre, le fait d’aérer au bon moment aide à limiter la transmission des virus tout en évitant une surventilation de nos espaces de vie. D’après Florence Elias (professeur de physique à l’Université de Paris), face à la Covid-19, il est conseillé d’aérer une pièce dès que le CO2 dépasse les 800 ppm, si tout le monde porte un masque, ou dès les 600 pm en l’absence de masques.

Notre sélection pour l’année 2022

Il existe un grand nombre de capteurs de CO2 sur le marché. Afin de faciliter votre choix, vous avons limité notre sélection à 5 produits qui sont, selon nous, les meilleurs pour votre logement en 2022.

1. Détecteur de CO2 Aranet4 Home

Le + performant

Le détecteur de CO2 Aranet4 Home est équipé d’un capteur infrarouge de type NDIR capable de tester avec précision le taux de CO2 présent dans l’air. Pratique et facile à transporter, ce capteur homologué CE s’avère très solide de par sa conception en polycarbonate. On apprécie également la qualité de son écran à encre numérique de type E-Ink qui lui confère une vision HD à 360° des caractères affichés.

Enfin, en plus d’être connecté à votre Smartphone (Android et iPhone), ce produit propose une interface épurée et intuitive. Vous n’aurez ainsi aucune difficulté à visualiser l’évolution des paramètres mesurés (CO2, humidité et pression atmosphérique).

2. Détecteur de CO2 Curconsa

Notre coup de

Le détecteur de CO2 Curconsa est un appareil doté d’un capteur infrarouge NDIR capable de tester avec précision la concentration de dioxyde de carbone dans l’air ambiant. Équipé des fonctions thermomètre et hygromètre, ce détecteur vous informe en temps réel du niveau de CO2 dans l’air avec une plage de mesure allant de 0 à 5 000 ppm.

Homologué CE, ce produit à la conception humanisée dispose de deux types d’avertissement visuel pour une lecture plus intuitive de la qualité de l’air, à savoir un voyant LED tricolore et un avatar sous forme de smiley. Équipé d’une batterie au lithium rechargeable, l’autonomie en veille du Curconsa est de 18 heures. On apprécie son côté léger et facile à transporter : que ce soit pour les transports, au bureau ou chez vous, ce détecteur de CO2 est sans conteste notre préféré.

3. Détecteur de CO2 Selensy

Le meilleur rapport qualité/prix

Le détecteur de CO2 Selensy est un appareil doté d’un capteur infrarouge NDIR. D’une grande précision, cet appareil homologué CE mesure en temps réel la quantité de dioxyde de carbone présent dans l’air, l’humidité relative et la température ambiante. Le Selensy est un appareil léger et pratique à transporter. Il vous accompagnera facilement dans tous vos déplacements, que ce soit au travail, dans un bar, au bureau, à l’école, etc.

Équipé d’un écran LCD, ce détecteur affiche le niveau de dioxyde de carbone sur une plage allant de 400 à 5 000 ppm et émet une alarme, dès que le niveau de CO2 atteint une concentration de 1 000 ppm. On apprécie son affichage couleur représentant la qualité de l’air : rouge pour mauvaise, jaune pour normal et vert pour bonne. Muni d’un port micro-USB de 5 V, ce produit est rechargeable et vous avertit en cas de batterie faible.

4. Détecteur de CO2 Curconsa

Le + adapté pour le bureau et l’école

Le détecteur de CO2 Curconsa est un appareil de type sédentaire, idéal pour l’école ou le bureau. Doté d’un capteur infrarouge NDIR à deux canaux, ce capteur détecte le CO2 tout en empêchant une contamination croisée du dioxyde de carbone avec d’autres gaz. Cette spécificité lui confère ainsi une plus grande précision et une plus longue durée de vie (jusqu’à 15 ans). Homologué CE, ce produit affiche en temps réel le taux de CO2 présent dans l’air, ainsi que le taux d’humidité, la température ambiante et l’heure.

Équipé d’un écran TFT à commande tactile, le Curconsa dispose également d’un détecteur de lumière intégré lui permettant d’adapter automatiquement son rétroéclairage en fonction de la luminosité ambiante. Enfin, en plus de sa capacité à stocker les données des 7 derniers jours, on apprécie la possibilité de paramétrer une alarme sonore selon ses besoins (sur une plage couvrant 400 à 4500 ppm de CO2).

5. Détecteur de CO2 Netatmo

Le + design

Le détecteur de CO2 Netatmo est un appareil doté d’un capteur infrarouge NDIR. Pratique et intelligent, celui-ci vous indique quel paramètre ajuster pour créer un environnement sain pour vous, votre bébé ou une personne asthmatique. Très précis, le Netatmo est capable de détecter le dioxyde de carbone sur une plage de mesure allant de 0 à 5 000 ppm avec une précision de +/- 50 ppm (de 0 à 1 000 ppm) et de +/- 5 % (de 1 000 à 5 000 ppm). Il enregistre également le taux d’humidité relative, la température et le niveau sonore de votre intérieur.

Homologué CE, ce produit fonctionne sur secteur et ne dispose pas d’affichage LCD, toutefois, vous pouvez consulter les données et contrôler l’atmosphère intérieure de votre maison en vous connectant à votre Smartphone, où que vous soyez. Simple et élégant, vous pouvez également tapoter le haut du détecteur de CO2 pour qu’il s’illumine et vous informe sur la qualité de votre air intérieur.

Qu’est-ce qu’un capteur de CO2 ?

Le dioxyde de carbone (CO2) est un gaz incolore, insipide, inodore et indispensable à la vie sur Terre. Contrairement au monoxyde de carbone (CO), le CO2 est non toxique sauf si sa concentration dans l’air devient trop élevée.

Comment le choisir ?

Actuellement, les capteurs les plus performants sur le marché sont les capteurs de dioxyde de carbone à infrarouge non dispersif (NDIR), que ce soit pour leur longévité, leur fiabilité, leur sensibilité ou leur coût. Voici les raisons de ce choix :

  • Les capteurs NDIR durent généralement de 10 à 15 ans de plus que leurs homologues (phoacoustiques, chimique ou estimé).
  • Les autres capteurs peuvent présenter un biais de sensibilité croisée à la vapeur d’eau, etc. contrairement aux capteurs NDIR.
  • Les capteurs chimiques doivent être régulièrement recalibrés, contrairement aux capteurs NDIR.
  • Les capteurs NDIR nécessitent très peu d’entretien, sont faciles à installer et sont moins chers que les autres types de capteurs.

Est-il obligatoire ?

Contrairement aux détecteurs de fumée, les détecteurs de dioxyde de carbone ne sont pas obligatoires au moment où nous écrivons ces lignes (soit au 28/10/21). Toutefois, la surveillance de la qualité de l’air à l’aide d’un détecteur de CO2 est un sujet qui fait de plus en plus débat, notamment pour nos écoles…

Dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 (et de tout autre virus), il est conseillé de renouveler régulièrement l’air intérieur. Le recours à un détecteur de CO2 permet justement de déterminer quand l’air d’un espace clos doit être renouvelé.

Europe 1 | Les détecteurs de CO2 sont-ils une bonne piste dans la lutte contre la Covid ?

Où l’installer ?

Un détecteur de CO2 peut être placé n’importe où dans votre logement. Il peut même vous accompagner dans chaque pièce ou lors de vos déplacements extérieurs. Nous vous conseillons de le placer dans un endroit dégagé et à portée de vue. Vous pourrez ainsi consulter facilement une mesure fiable de la qualité de l’air qui vous entoure.

Le CO2 est-il dangereux pour la santé ?

Le CO2, également appelé dioxyde de carbone ou gaz carbonique, est un gaz naturel et inoffensif pour la santé en petite quantité. Omniprésent dans notre vie, ce gaz est utilisé pour gazéifier nos boissons, éteindre des incendies, congeler des aliments, et a diverses utilisations dans des applications agricoles et médicales.

Une concentration anormale de ce gaz peut avoir des effets nocifs sur notre santé. Il peut s’agir de maux de tête, de vertiges, de difficultés respiratoires, de sensations, de picotements ou de fourmillements, d’agitation, de transpiration, de fatigue, d’élévation de la pression sanguine, d’accélération du rythme cardiaque, de coma, d’asphyxie et de convulsions.

L’échelle ci-dessous permet de mieux comprendre l’impact du CO2 sur notre santé :

Niveau de CO2Impact sur la santé
400 ppm Niveau moyen dans l’air extérieur
400 – 1 000 ppm Niveau typique trouvé dans les espaces occupés.
600 — 800 ppm Niveau conseillé pour aérer une pièce afin de limiter la transmission de la Covid-19.
1 000 – 2 000 ppm Niveau associé à des plaintes de somnolence et de mauvaise qualité de l’air.
2 000 – 5 000 ppm Niveau associé à la somnolence, aux maux de tête, et à un air stagnant, vicié et étouffant. Une mauvaise concentration, une accélération du rythme cardiaque, une perte d’attention et de légères nausées peuvent également être présentes.
5 000 ppm Ce niveau est potentiellement toxique et peut conduire à une privation d’oxygène.
40 000 ppm Ce niveau est mortel en raison de la privation d’oxygène.

Quel est le rôle du dioxyde de carbone ?

Le dioxyde de carbone est un important gaz à effet de serre qui contribue à piéger la chaleur dans notre atmosphère. Sans lui, la Terre serait une planète froide et inhospitalière. Cependant, son augmentation progressive dans l’atmosphère terrestre contribue au réchauffement de la planète et vient perturber le climat de notre planète.

Comment est produit le CO2 ?

Concept sur le réchauffement climatique : voiture qui émet un nuage de fumée noir en ville

Le dioxyde de carbone est un gaz à effet de serre produit par la décomposition de matière organique, les dégagements gazeux des volcans, les incendies de forêt. Il trouve également sa source dans les activités anthropiques (créée par l’homme) telles que la combustion des énergies fossiles, le défrichement des forêts, l’assèchement des zones humides…

Principal acteur du réchauffement climatique, le dioxyde de carbone est responsable de l’acidification des océans, car il ne se détruit pas dans l’atmosphère : il en sort pour se retrouver ailleurs (biomasse, sols, océans, etc.).

Comment fonctionne un détecteur de CO2 ?

Un détecteur de CO2 est un instrument mesurant le niveau de dioxyde de carbone présent dans l’air ambiant. Il existe 4 types de capteurs pour mesurer le dioxyde de carbone.

Les capteurs de CO2 à infrarouge non dispersif (NDIR)

Les capteurs NDIR se basent sur le spectre de la lumière pour détecter le dioxyde de carbone. Ils se composent d’une source infrarouge, d’un tube lumineux, d’un filtre interférentiel (longueur d’onde) et d’un détecteur infrarouge. En pompant le gaz dans le tube lumineux, le système électronique mesure l’absorption de la longueur d’onde propre à la lumière et détermine en retour le niveau de CO2 présent dans l’air.

Les capteurs photoacoustiques

Les capteurs photoacoustiques mesurent le niveau de CO2 présent dans l’air en soumettant un échantillon à des impulsions d’énergie électromagnétique accordées spécifiquement à la longueur d’onde d’absorption du CO2. À chaque impulsion d’énergie, les molécules de CO2 absorbent et génèrent des ondes de pression par effet photoacoustique. Ces ondes sont ensuite détectées par un détecteur acoustique et converties en une mesure de CO2.

Les capteurs CO2 chimiques

Les capteurs chimiques de CO2 utilisent des couches à base de polymère ou d’hétéropolysiloxane pour mesurer le CO2 présent dans l’air ambiant. Relativement petits, ils ont pour principal avantage de consommer très peu d’énergie. Toutefois, leur durée de vie est plutôt faible et ils présentent des effets de dérive à court et à long terme. Ces capteurs doivent être calibrés au fil du temps pour maintenir une mesure fiable du CO2 à long terme.

Les capteurs de CO2 estimé

Les capteurs de CO2 estimé reposent sur une estimation faite à partir de la quantité de composés organiques volatils (COV) et de gaz d’hydrogène (H2) disponibles dans l’air ambiant. Cette mise en équivalence est particulièrement adaptée pour les environnements intérieurs où la principale source de CO2 est la respiration humaine (salles de sport, bureaux). Conçus à partir de semi-conducteurs à oxyde métallique, ces capteurs ne sont toutefois pas fiables en présence de sources de CO2 autres que la respiration.

Retour haut de page