Arbre nu brun sur un sol asséché en pleine journée caniculaire

Air sec : quels sont les risques pour la santé ?

À moins que vous ne viviez dans une région naturellement aride, sèche ou chaude : il est conseillé d’éviter l’air dont le taux d’humidité est faible. Une humidité relative insuffisante a des effets négatifs sur notre santé :

  • Elle irrite les poumons et les yeux ;
  • Elle contribue à la sécheresse des yeux et de la peau ;
  • Elle est associée à des risques d’infections respiratoires ;
  • Elle favorise la transmission de la grippe ;

L’air sec n’est pas bon pour notre santé, c’est pourquoi nous vous conseillons de vous équiper d’un humidificateur d’air pour bébé (ou pour vous) : vous protégerez ainsi votre santé et celle de vos proches des nombreux désagréments causés par une humidité faible.

Une humidité faible peut être associée à des risques d’infections respiratoires

Jeune femme allergique se mouchant le nez

Il est scientifiquement prouvé que le risque d’infection respiratoire est accru dans une zone à faible taux d’humidité. Une humidité faible a naturellement tendance à assécher les voies respiratoires, dont le nez. Ce dernier contient une quantité protectrice de mucus qui empêche la poussière et les bactéries nocives de pénétrer dans les poumons, mais lorsque l’humidité est faible, ce mucus s’assèche et la poussière et d’autres bactéries pénètrent dans les voies respiratoires, provoquant ainsi différents problèmes allant des éternuements fréquents aux infections respiratoires.

Une faible humidité peut par ailleurs être à l’origine d’une respiration superficielle, due au manque d’eau dans l’air. Cette respiration provoque une sensation de friction et un manque d’oxygène auprès de la personne. Cela peut conduire à une crise d’asthme.

Une humidité faible irrite les poumons et les yeux

Une faible humidité irrite les poumons dans la mesure où, lorsque l’air est sec, il ne contient qu’une faible quantité d’oxygène. Or, il est connu que l’oxygène est nécessaire à la vie. Ainsi, dès que le corps ne peut pas obtenir suffisamment d’air humide, l’être humain est obligé de respirer plus profondément et plus lourdement, ce qui irrite les poumons et peut entraîner des complications.

Au niveau des yeux, l’irritation des yeux survient, car les personnes ont tendance à cligner fréquemment des yeux dans les zones peu ou non humides. Ces clignements fréquents entraînent une perte d’eau supplémentaire dans l’œil, ce qui rend les yeux facilement irrités par des éléments tels que la poussière. Le frottement des yeux avec une main sale contribue par ailleurs à leur irritation.


Les 9 meilleurs humidificateurs d’air en 2022

Vous souhaitez humidifier l’air de votre maison, mais vous ne savez pas quel appareil choisir ?

Découvrez notre sélection

Une humidité faible contribue à la sécheresse des yeux et de la peau

Nous savons tous que l’œil possède une enveloppe protectrice constituée de liquide. Dans une zone à faible taux d’humidité, cette enveloppe protectrice s’assèche progressivement, car le corps tente de conserver l’eau et de compenser celle qu’il perd. Cela conduit à une infection oculaire rapide puisque la couche protectrice est devenue trop fine pour protéger l’œil.

Un taux d’humidité faible n’est pas sans conséquence pour la peau également. Au contact de l’humidité, la peau s’hydrate et reste douce. À l’inverse, lorsque l’air est sec, la peau s’assèche, devient terne, est peut-être plus sujette à des démangeaisons et de l’eczéma.

Une humidité faible augmente la transmission de la grippe

Un faible taux d’humidité facilite la transmission de la grippe et de l’influenza. En effet, ces maladies sont principalement présentes lorsque l’humidité de l’air est faible, ce qui contribue à leur propagation et leur transmission.

Un niveau d’humidité relative compris entre 40 et 60 % est suffisant pour lutter contre les infections grippales aéroportées. Ce niveau est en effet idéal, car il raccourcit le temps pendant lequel la grippe aéroportée reste infectieuse.

Ana TV | Chaleur et taux d’humidité dans l’appartement, comment bien les calculer ?

Retour haut de page