Concept sur le réchauffement climatique : voiture qui émet un nuage de fumée noir en ville

L’écoconduite : moins de CO2 pour plus de sécurité

Le secteur des transports est le plus émetteur en gaz à effet de serre. Le transport de personne y est pour beaucoup, à la vue du parc automobile, notamment diesel et essence. Tous les moyens sont bons pour réduire l’empreinte carbone du véhicule, que ce soit le passage à l’électrique, ou à moindre coût : l’écoconduite. Voici donc une définition et des gestes simples pour pratiquer l’écoconduite.

Une définition de l’écoconduite

L’écoconduite combine deux « éco ». D’un côté l’aspect « économique », et de l’autre l’aspect « écologique ». Devenir écoconducteur, c’est donc appliquer diverses conduites, diverses valeurs, diverses lignes directrices afin d’atteindre une conduite moins polluante et plus économique. La conduite sera moins polluante et elle permettra de diminuer votre facture de carburant, notamment, grâce à une conduite moins brusque, respectueuse de son véhicule qui va allonger sa durée de vie et réfléchie en utilisant son véhicule lorsque cela est primordial.

Cette écoconduite, en plus de réduire sa consommation de carburant et donc de diminuer ses rejets de gaz à effet de serre (GES) et sa contribution au réchauffement climatique, va aussi dans le sens de la sécurité routière. Une conduite plus souple et raisonnée permet de réduire les risques d’accident sur les routes.

Les gestes simples à appliquer pour « écoconduire » comme un chef

Brut | Écoconduite : 3 façons de réduire sa consommation

Que vous ayez un véhicule diesel, à essence ou électrique, tout le monde peut adopter une écoconduite simple et raisonnée. Voici divers piliers de l’écoconduite.

Une conduite raisonnée et réfléchie

D’une part, il y a tous les aspects qui tournent autour d’une conduite raisonnée et réfléchie. Il s’agit d’utiliser son véhicule uniquement pour des trajets conséquents, supérieurs à 2-3 kilomètres. Prendre le véhicule le matin pour aller chercher son croissant à la boulangerie 300 m plus bas n’est pas compatible avec l’écoconduite. De plus, vérifiez la circulation avant de prendre la route, ou de vous diriger vers cette route. Les bouchons sont des sources conséquentes de pollution.

Une conduite souple et anticipée

D’autre part, il y a tous les aspects qui tournent autour de la conduite elle-même :

  • Le premier pilier est de conduire de manière souple et anticipée, sans accélérer ou s’arrêter pour rien, et de manière brusque. Par exemple, si vous voyez un feu rouge au loin, plutôt que d’atteindre le feu, freiner, puis redémarrer, essayez de ralentir l’allure progressivement jusqu’au feu, grâce à votre frein moteur, et par chance, il deviendra vert.
  • Le deuxième pilier concerne une bonne gestion des vitesses. Le rapport le plus haut consomme moins d’énergie, alors, lorsque cela est possible, ne soyez jamais en surrégime avec une vitesse trop basse, mais passez toujours la vitesse la plus haute possible en fonction de votre vitesse. De plus, appuyez franchement sur la pédale d’accélérateur quand vous accélérez, sans effectuer de petits coûts intempestifs. Une fois que vous avez fait cela, stabilisez votre vitesse. Si vous avez un régulateur, c’est idéal.

Une conduite prudente

Enfin, il y a les aspects sécurité qui ont forcément un lien avec l’aspect économique et écologique :

  • Il est primordial de garder vos distances avec les autres conducteurs, sans jamais les dépasser brusquement ou freiner fermement. Cette attitude ne peut qu’augmenter les risques d’accident et augmenter votre consommation.
  • Vous devez également respecter les limitations de vitesse, à la fois pour votre sécurité, et pour votre consommation. Une augmentation de 10 km/h n’est pas négligeable sur votre facteur de carburant, avec une consommation montant de 1 litre au 100 environ en fonction des véhicules.
  • Veillez par ailleurs à allier la longévité du véhicule et votre sécurité. Percevez votre véhicule comme s’il était vous. Par exemple, ne prenez pas immédiatement la route après le démarrage, surtout en hiver. Soyez doux dans les premiers kilomètres, comme un échauffement dans le sport : vous ne faites pas un sprint dès le début, sinon, le claquage est un risque.
  • Pensez à contrôler constamment votre véhicule, sa pression des pneus, son niveau de liquide de refroidissement et limitez au maximum le poids dans votre véhicule.

En bref, écoconduire, c’est au bénéfice de chacun, conducteurs comme environnement, humain comme machine. Conduire ou écoconduire, pas la peine de choisir.

Retour haut de page