Femme asiatique assise dans sa chambre à côté d'un humidificateur d'air allumé prenant un flacon d'huiles essentielles

Quels sont les signes d’un air sec chez vous ?

Un air sec peut avoir de nombreuses conséquences sur votre santé. Que ce soit l’irritation des yeux et des sinus ou la survenue de problèmes respiratoires et cutanés, une exposition prolongée à un air trop sec ne sera pas sans répercussions sur votre bien-être.

Mais savez-vous quel est le taux d’humidité idéal pour votre maison et comment déterminer si l’air chez vous est trop sec ?

Quels sont les signes d’un faible taux d’humidité ?

L’air sec dans une maison présente de nombreux signes physiques. L’électricité statique se produit à des taux d’humidité inférieurs à 30 % dans une pièce. Votre peau commence à se dessécher et à vous démanger, et votre nez peut se boucher/s’irriter et vous donner l’impression d’attraper un rhume. Vos yeux commencent par ailleurs à vous démanger et votre gorge devient sèche.

En plus de vous fier à vos sens, vous pouvez vous fier à un hygromètre si vous en possédez un. Cet appareil peu coûteux mesure l’humidité relative de votre maison et vous donne une idée de la sécheresse de votre air. Lorsque l’humidité de l’air tombe en dessous de 30 %, il devient urgent d’agir pour augmenter le taux d’humidité ambiant en y ajoutant de la vapeur d’eau et en baissant le chauffage si besoin. Une hygrométrie faible peut facilement être corrigée à l’aide d’un hygromètre : équiper votre pièce de vie et vos chambres avec ce petit appareil est recommandée si vous souhaitez contrer l’effet d’un air sec sur vos fonctions respiratoires.

Comment lutter contre un air sec ?

Mon gang vert | Humidificateur story pour une meilleure hygrométrie

L’installation d’un humidificateur est le moyen le plus simple et le plus efficace d’augmenter le taux d’humidité chez vous. En général, ces appareils vous permettent de régler le taux d’humidité intérieur désiré s’ils sont équipés d’un hygrostat. Ils nécessitent cependant un entretien régulier pour éviter la prolifération de bactéries dans l’eau qu’ils diffusent. Pour éviter ce type de problème et les éventuels problèmes de santé associés, optez pour l’ajout de quelques gouttes de citron ou de vinaigre blanc dans l’eau de votre humidificateur lorsque vous le remplissez.

Notez également qu’il existe différents types d’humidificateurs : à vapeur chaude, à ultrasons ou à vapeur froide. Chacun a ses propres avantages et inconvénients, mais tous sont idéaux pour permettre à votre maison de retrouver un air sain avec un taux d’hygrométrie suffisant. Vous pouvez ainsi opter pour des systèmes qui fonctionnent avec votre système de chauffage, tel que les saturateurs de radiateur ou faire le choix d’un humidificateur pour une humidification de l’air intérieur à plus grande échelle.

Enfin, si vous souhaitez améliorer l’efficacité de votre humidificateur, vous pouvez aussi remplir votre maison de plantes d’intérieur. Les plantes ont en effet la particularité de contribuer au maintien du taux d’humidité relative de l’air, surtout si vous placez les pots dans des bacs en plastique à bords relevés. Vous pouvez ajouter une couche de cailloux, placer les plantes dessus et les arroser par le haut. Entre chaque arrosage, vérifiez le niveau d’humidité dans le bac et ajoutez-en davantage afin qu’il y ait toujours de l’eau dans le bac qui s’évaporera dans l’air et contribuera à limiter l’air sec de la pièce.

Quels sont les risques associés à un faible taux d’humidité ?

À moins que vous ne viviez dans une région naturellement aride, sèche ou chaude : il est conseillé d’éviter l’air dont le taux d’humidité est faible. Une humidité relative insuffisante a des effets négatifs sur notre santé :

  • Elle irrite les poumons et les yeux ;
  • Elle contribue à la sécheresse des yeux et de la peau ;
  • Elle est associée à des risques d’infections respiratoires ;
  • Elle favorise la transmission de la grippe ;

Pour rappel, le taux d’humidité idéal d’une se situe entre 30 et 60 %. À ces niveaux, votre organisme rencontre moins de problèmes de santé liés à votre peau et à votre système respiratoire. Cette plage d’humidité est idéale, car les bactéries et les virus se propagent moins vite comparé à un taux d’humidité supérieur. Par ailleurs, votre maison et son contenu sont plus en sécurité puisque le bois ne se dessèche pas et vos appareils électroniques ne sont pas endommagés par les décharges électriques.


Les 9 meilleurs humidificateurs d’air en 2023

Vous souhaitez humidifier l’air de votre maison, mais vous ne savez pas quel appareil choisir ?

Découvrez notre sélection

Une humidité faible irrite les poumons, les yeux et la peau

Une faible humidité irrite les poumons dans la mesure où, lorsque l’air est sec, il ne contient qu’une faible quantité d’oxygène. Or, il est connu que l’oxygène est nécessaire à la vie. Ainsi, dès que le corps ne peut pas obtenir suffisamment d’air humide, l’être humain est obligé de respirer plus profondément et plus lourdement, ce qui irrite les poumons et peut entraîner des complications.

Au niveau des yeux, nous savons tous que l’œil possède une enveloppe protectrice constituée de liquide. Dans une zone à faible taux d’humidité, cette enveloppe protectrice s’assèche progressivement, car le corps tente de conserver l’eau et de compenser celle qu’il perd. Cela conduit à une infection oculaire rapide puisque la couche protectrice est devenue trop fine pour protéger l’œil. De plus, les personnes ont tendance à cligner fréquemment des yeux dans les zones peu ou non humides. Ces clignements fréquents entraînent une perte d’eau supplémentaire dans l’œil, ce qui favorise son irritation par des éléments tels que la poussière.

Enfin, un taux d’humidité faible n’est pas sans conséquence pour la peau également. Au contact de l’humidité, la peau s’hydrate et reste douce. À l’inverse, lorsque l’air est sec, la peau s’assèche, devient terne, est peut-être plus sujette à des démangeaisons et de l’eczéma.

Une humidité faible peut être associée à des risques d’infections respiratoires

Il est scientifiquement prouvé que le risque d’infection respiratoire est accru dans une zone à faible taux d’humidité. Une humidité faible a naturellement tendance à assécher les voies respiratoires, dont le nez. Ce dernier contient une quantité protectrice de mucus qui empêche la poussière et les bactéries nocives de pénétrer dans les poumons, mais lorsque l’humidité est faible, ce mucus s’assèche et la poussière et d’autres bactéries pénètrent dans les voies respiratoires, provoquant ainsi différents problèmes allant des éternuements fréquents aux infections respiratoires.

Une faible humidité peut par ailleurs être à l’origine d’une respiration superficielle, due au manque d’eau dans l’air. Cette respiration provoque une sensation de friction et un manque d’oxygène auprès de la personne. Cela peut conduire à une crise d’asthme, c’est pourquoi nous vous conseillons de vous équiper d’un humidificateur d’air pour bébé (ou pour vous) : vous protégerez ainsi votre santé et celle de vos proches des nombreux désagréments causés par une humidité faible.

Jeune femme allergique se mouchant le nez

Une humidité faible favorise la transmission de la grippe

Un faible taux d’humidité facilite la transmission de la grippe et de l’influenza. En effet, ces maladies sont principalement présentes lorsque l’humidité de l’air est faible, ce qui contribue à leur propagation et leur transmission.

Un niveau d’humidité relative compris entre 40 et 60 % est suffisant pour lutter contre les infections grippales aéroportées. Ce niveau est en effet idéal, car il raccourcit le temps pendant lequel la grippe aéroportée reste infectieuse.

airqualitae.fr