Couche d'ozone de la Terre vu depuis l'espace

L’amincissement de la couche d’ozone

L’ozone est une forme d’oxygène comportant trois atomes au lieu des deux normaux. Il forme un bouclier fragile dispersé dans la stratosphère qui absorbe le rayonnement ultraviolet du soleil, loin de la surface de la terre. Il forme une couche de 3 mm d’épaisseur, mais s’il disparaît ou s’amincit, toute vie terrestre sera annihilée.

Près de la surface de la terre, l’ozone est un polluant de plus en plus gênant, mais en sécurité à une hauteur de 20 à 30 km de la terre dans l’atmosphère, il est aussi important pour la vie que l’oxygène lui-même.

Une inquiétude mondiale

L’amincissement de la couche d’ozone a suscité une inquiétude mondiale au cours de la dernière décennie. Ce phénomène est dû à plusieurs polluants chimiques rejetés par les industries ou produits par d’autres réactions chimiques. Les chlorofluorocarbones (CFC) sont des substances inertes, peu coûteuses, stables, ininflammables, non toxiques et faciles à stocker et à produire. L’explosion démographique est l’une des causes de l’augmentation des CFC en raison de l’utilisation de climatiseurs, d’isolants, de solvants et de produits anti-incendie.

En 1986, trois agences américaines, à savoir, l’Administration nationale de l’aéronautique et de l’espace (NASA), l’Administration nationale océanique et atmosphérique (NOAA) et l’Administration fédérale de l’aviation (FAA) ont commencé à rendre compte des données recueillies au sol et par satellite sur l’appauvrissement de l’ozone dans la stratosphère par l’utilisation de produits chimiques comme le halon 1301, le méthyle, le chloroforme, le tétrachlorure de carbone, les solvants FC-113, les aérosols, les mousses et la réfrigération CFC-11, et l’air conditionné CFC-12 qui appauvrissent la couche d’ozone de 4, 5, 8, 12 et 26 pour cent, respectivement, à l’échelle mondiale, en raison des activités humaines.

En ce qui concerne la consommation de CFC, les États-Unis sont en tête avec 29 %, suivis par la Russie et l’Europe avec 14 %, tandis que la Chine et l’Inde n’en consomment que 2 %. Les quantités totales d’ozone dans l’hémisphère nord, aux latitudes moyennes et élevées, ont diminué, des diminutions soudaines et inattendues de la quantité de la zone antarctique au printemps sont confirmées sur 15 à 20 km dans la couche d’ozone de la stratosphère.


Les 3 meilleures stations météo en 2022

Vous souhaitez connaître la météo en temps réel, mais vous ne savez pas quel appareil choisir ?

Découvrez notre sélection

Quels seront les conséquences si la couche d’ozone diminue ?

L’augmentation de l’appauvrissement de la couche d’ozone invitera les rayons ultraviolets mortels du soleil qui causeront le cancer, les dommages aux yeux, blesseront les plantes et la vie marine et réduiront même notre immunité aux maladies. Les UV-B endommagent le matériel génétique de l’ADN et provoquent également le cancer de la peau. Les rayons ultraviolets réduisent même l’efficacité du système immunitaire, altérant ainsi la résistance de l’organisme.

Les experts sont d’avis que le monde animal et végétal sera confronté à un défi de taille si les radiations ne sont pas contrôlées. Certaines cultures se sont révélées vulnérables à ces radiations. Sous l’impact des radiations, les protéines des plantes, des microbes et des animaux seraient affectées et ces changements d’orientation spatiale seraient critiques dans la partie formée du centre de réaction d’une enzyme.

À proximité des villes où la concentration de population est plus importante, de l’ozone pourrait se former près de la surface de la terre, ce qui aurait des effets désastreux sur la santé humaine, les cultures et les écosystèmes. Il augmenterait également l’incidence du smog dans les zones de concentration industrielle. L’ozone a eu un effet sur le climat de la terre en s’ajoutant à l’effet de serre.

Le monde est maintenant très préoccupé par la preuve la plus spectaculaire de l’appauvrissement de la couche d’ozone – un « trou » dans la couche d’ozone, qui apparaît chaque printemps au-dessus de l’Antarctique.

Nat Geo France | Sciences : Le rôle protecteur de la couche d’ozone.

Les mesures prises pour protéger la couche d’ozone

Comme il s’agit d’un problème grave, il est du devoir des pays développés, qui disposent à la fois de la technologie et de l’infrastructure, de lutter contre l’appauvrissement de la couche d’ozone. De même, comme il ne s’agit pas d’un problème propre à chaque nation, des efforts combinés ne peuvent que l’enrayer.

Les préoccupations relatives à la protection de la couche d’ozone ont commencé à la fin des années 1970 et au début des années 1980. En 1978, les États-Unis ont interdit les principaux CFC pour la plupart des utilisations ; en 1980, les pays de la Communauté européenne ont limité la production de CFC et réduit de 30 % leur utilisation dans les produits aérosols. La Suède, la Norvège et le Canada ont également limité l’utilisation des CFC. En 1975, le PNUE s’est également déclaré très préoccupé par l’appauvrissement de la couche d’ozone et a élaboré un plan d’action mondial pour la couche d’ozone.

Certaines des mesures internationales importantes prises pour la protection de l’ozone sont énumérées ci-dessous :

  • 1977 : Création du Comité de coordination du PNUE sur la couche d’ozone.
  • 1985 : Convention de Vienne pour la protection de la couche d’ozone.
  • 1987 : Protocole de Montréal sur les substances qui appauvrissent la couche d’ozone.
  • 1988 : Entrée en vigueur de la Convention de Vienne.
  • 1989 : Entrée en vigueur du protocole de Montréal.
  • 1990 : Modification du protocole de Montréal à Londres. L’amendement oblige les gouvernements signataires à réglementer la consommation et la production de CFC.
  • 1992 : 112 Etats ont ratifié le protocole de Montréal

Retour haut de page